CAN VILA ROUSSILLON

UN PEU D'HISTOIRE

Le mas avant la restauration de 2013, on distingue bien, au fond, le bâtiment d'origine, adossé à la colline

Le mas Vila était l’une des propriétés importantes de Taillet. Sa construction remonte probablement au début du XVIIIème siècle pour la partie la plus ancienne (celle qui est adossée à la colline), l’autre partie qui donne sur la vallée étant de la fin du XVIIIème ou du début du début siècle suivant.

La qualité générale de la construction, le nombre et la taille des pièces, le soin apporté aux poutraisons, les caves voûtées en briques, l’existence d’un bâtiment agricole séparé du bâtiment d’habitation signalent une maison de maître.

Le pressoir

Le premier mas était de dimension assez modeste. Le rez-de-chaussée se composait d’une grande cuisine qui occupait la surface de l’actuel ensemble office, salle-de-bain, buanderie, WC et du pressoir dont le bâti subsiste dans la chaufferie (la vis a disparu). L’étage comportait un grenier (l’actuelle bibliothèque-billard) et deux chambres en enfilade (les actuelles chambres d’enfants).

L’autre partie du bâtiment a été adossée à cette première construction. C’est elle qui a donné au mas son volume actuel avec l’adjonction au rez-de-chaussée de trois chambres supplémentaires, d’une nouvelle cuisine et d’une grande pièce de séjour. L’une des chambres a été réunie à la cuisine pour créer l’actuelle cuisine-salle à manger.

L’étage était entièrement occupé par des greniers. Il n’a été rendu habitable qu’à l’occasion d’une première restauration réalisée en 1974.

Au rez-de-chaussée, les anciennes fenêtres du premier mas ont été habillées avec des façades d’armoires et transformées en placards ou en passages, sans doute à l'époque de l'extension ou peu après. L’une est datée de 1792, une autre de 1812.

Une autre, non datée, ouvre aujourd’hui  sur une petite pièce intérieure qui forme une excroissance dans le pressoir et sert de réserve; c’est l’ancien silo à grain qui était alimenté depuis l’étage par une trappe aménagée dans le plafond. On recueillait le grain dans le pressoir par une autre trappe à guillotine située au pied de la chaudière.

Les caves voûtées à parement de briques en épis constitue l’aspect le plus remarquable de cette deuxième construction dont elles forment le soubassement sur toute la surface. Il existe de nombreux exemples de caves du même type en Espagne mais très peu de ce côté de la frontière.

La grande cave qui sert aujourd’hui de réserve à bois était dédiée au vin. Des tonneaux étaient installés sur la banquette maçonnée qui en fait le tour. Le foudre qui subsiste était alimenté par une trappe aménagée dans le sol de la chambre ouest, dont on peut toujours voir les contours au sommet de la voûte.

Le bâtiment agricole est contemporain du deuxième mas. Il a aujourd’hui retrouvé ses proportions d’origine, après la destruction d’une extension plus tardive qui occupait l’espace de l’actuelle terrasse, dont les dalles de schiste proviennent de cette démolition. Il a conservé les ouvertures de type « meurtière » qui en assurent l’aération.