CAN VILA ROUSSILLON

LE PANORAMA

Il y a cinquante ans, mes parents recherchaient dans cette région une maison de vacances proche de la mer, bien desservie et de taille raisonnable. Ils ont acheté une propriété agricole de 50 hectares, dans un endroit du bout du monde, avec 2.500 cerisiers à exploiter. Ce choix, décalé jusqu'à l'absurde, fut le résultat du coup de foudre qu'ils éprouvèrent en découvrant le panorama de montagne qui s'offre à la vue depuis le mas. Ils le firent à leur première visite.

Le mas vu depuis la route du Soula, au fond à l'ouest, le massif du canigou

La propriété est située face à une chaîne de montagnes qui s’étend d’ouest en est sur une trentaine de kilomètres, depuis le massif du Canigou dont on aperçoit deux des trois sommets avec leurs neiges éternelles, puis les montagnes du Haut Vallespir, le pilon de Belmat, le  pic Saint-Sauveur et ses rochers abrupts, enfin le massif des Albères, frontalier de l’Espagne, qui se prolonge jusqu’à la côte Vermeille, avec le Roc de France et sa crête en dentelle.

Cette situation, en particulier la proximité du Canigou qui culmine à 2 784 mètres donne une réelle impression de se trouver en altitude, alors que la partie haute de la propriété n’est qu’à 480 mètres.  

 

Au fond, la vallée de l'Ample (vue sud)

La vue plonge également dans la vallée de l’Ample (petit torrent affluent du Tech) qui serpente 250 mètre plus bas et borde la propriété sur quelques centaines de mètres.

 

Vue sud-est, sur la droite, le Pilon de Belmat, au centre le Roc Saint-Sauveur, à gauche le massif des Albères
Le Canigou vu depuis la terrasse de la cuisine, un jour de mai au petit matin